Conférence Véra Likaj

Véra Likaj - Conférence du 28 mars 22

Du Lâche au héros, de l’utopie à la résilience

 

L’émotion, un signal corporel naturel et spontané qui vient nous parler de nos paysages relationnels et de la nécessité de se réajuster aux changements qu’ils subissent par les événements de vie qui nous tombent dessus.

Une boussole extraordinaire et bienveillante que le monde moderne disqualifie chaque jour davantage.

Dès lors, l’être humain, s’enferme de plus en plus dans l’illusion d'un monde ou l’émotion douloureuse (peur, colère, tristesse) pourrait être « contrôlée » entretenant l'utopie d’un monde parfait sans frustration, perte ou danger.

La peur, la peur de la peur et plus largement la peur de l’émotion perdurent alors avec toute une série de tentatives de solution, immobilisant les patients dans leurs dissociations et leurs pathologies.

 

La tyrannie du risque zéro enferme les patients dans une identité déficitaire et victimaire.

« Je suis un lâche »...« Je suis une froussarde, c'est ridicule »... « je suis devenue une peureuse ».

La passivité est au rendez-vous et emprisonne dans des paradoxes qui entretiennent l’évitement et la pathologie. Tant que je ne serai pas immunisé contre la peur, je ne peux être qu’un lâche. Et tant que je serai ce lâche, j’aurai forcément besoin d’aide...

Comment mobiliser ses ressources alors que l'émotion vient disqualifier l’identité ?

Comment aller mieux avec une vision si peu digne de soi ?

 

Le soin doit permettre d’accéder à une identité alternative et préférée. ll se doit d’équiper les patients pour faire face à l'émotion générée par le souvenir traumatique ou par l’histoire d’attachement peu sécure.

En thérapie, ils viennent faire une expérience correctrice afin de sortir de leur croyance qu’ils ne sont pas capables, souvent responsable de l’ambivalence face au traitement.

Mes propos se nourrissent des thérapies orientées solution et narratives.

Pour sortir du paradoxe terrible « quand j’irai mieux je serai fier de moi », offrir à chaque étape de la rencontre une proposition identitaire nouvelle.

En hypnose formelle ou conversationnelle, avec ou sans mouvements alternatifs, la « base résiliente »
(V. LIKAJ et l. BARROIS, Espace du possible) réassocie le patient à l’émotion « juste » et à sa capacité d’y faire face malgré tout.


« L’arc de vie » (V. LIKAJ) vient ensuite restaurer un continuum dans l’histoire du patient, souvent rompu par l’événement et/ou la pathologie. L’identité alternative n'est pas nouvelle, elle a toujours été là et c’est une bonne nouvelle. Le patient peut alors se remettre en mouvement dans la thérapie et puis dans sa vie en se souvenant qu’il a toujours été un héros.


Héros, identité résiliente : celui qui fait face à l’émotion pour agir malgré tout !

 

Vera LIKAJ

Psychologue, praticienne en thérapies brèves, hypnose et mouvements alternatifs

Formatrice à l’Espace du Possible, Tournai, Belgique

Intervenante au DU d’Hypnose médicale de Lille

Enseignante en haute école, Bruxelles

Co-auteurs de « thérapies brèves plurielles, principes et outils pratiques » aux éditions Masson

Co-auteurs de « Interventions et thérapies bréves, 12 strategies concrètes » aux éditions Masson